Logo Cadrexport
Cadrexport > Actualité export > Formations / Métiers > Réponses d’experts > Formation à l’international en Centre France : L’ESC de Clermont-Ferrand

Inscription
"express"

Retrouvez
nous sur :

Retrouvez-nous sur Facebook !
Retrouvez-nous sur Twitter !
Retrouvez-nous sur Viadeo !
Retrouvez-nous sur LinkedIn !

Formation à l’international en Centre France : L’ESC de Clermont-Ferrand

 | Imprimer | Envoyer cet article Partager |


Andres Atenza Que ce soit en enseignement initial ou continu, les formations du Groupe ESC Clermont attirent un public provenant de tout l'espace central de la France. C'est ce que nous explique Monsieur Andrés ATENZA, Directeur Général.

Cadrexport : A l'ESC, comment la dimension internationale est-elle représentée dans les enseignements ? Est-elle réservée à quelques formations ?


Andrés ATENZA : Du fait du management interculturel ou encore de l'existence de partenaires étrangers, la dimension internationale est présente à l'ESC, quelle que soit la formation choisie. Les stages à l'étranger, dont les étudiants sont friands, participent à cette internationalisation. Les étudiants partent dans nos institutions partenaires, faire du marketing à Cleveland (USA) ou en Chine ou encore de la finance en Russie, par exemple. Comme beaucoup d'écoles, nous recevons des professeurs étrangers. Une trentaine de professeurs viennent chaque année, enseigner durant une semaine ou quinze jours. Leur présence contribue à l'internationalisation des formations. Enfin, l'apprentissage des langues ou plutôt le perfectionnement que nous proposons concernant les langues choisies, est encore un volet de l'internationalisation. Il s'agit de parler anglais, bien sûr mais pas seulement. Car c'est ce qui permet de faire la différence sur un CV. Si vous attaquez le marché Chinois et que vous parlez chinois, c'est mieux ...

Cadrexport : Quelles sont les formations dédiées tout particulièrement à l'international ?

Andrés ATENZA : Nous avons une formation phare qui porte bien son nom : « Responsable Export » inscrite au répertoire national des compétences (certification professionnelle), reconnue au niveau I (qui est le niveau le plus élevé) et dispensée soit dans le cadre de la formation continue, soit en formation initiale. Elle s'étale sur un an. Pourquoi cette formation en Auvergne me demanderez-vous ? Parce qu'en Auvergne, il y a bien sûr le siège social de deux grands groupes exportateurs mais aussi des PMI, PME qui exportent, que ce soit dans la coutellerie, les services ou encore l'industrie...

Cadrexport : Comment est organisée la formation continue ?

Andrés ATENZA
: En « Part Time ». C'est-à-dire en fin de semaine, les jeudis et vendredis ou vendredis et samedis. Les professionnels peuvent continuer à travailler et les autres étudiants peuvent mener des actions à l'international de qualité. Nous avons proposé à des PME régionales, désireuses d'exporter, de mettre à leur disposition des étudiants les représentant à l'étranger. Pour faire une étude de marché sur place, par exemple. En général, le public de la formation continue est composé de cadres et d'entrepreneurs. Il provient de l'espace central de la France : Auvergne, Limousin, d'une partie de la région Rhône Alpes (St Etienne), d'une partie de la région Centre ...

Il est aussi possible de préparer un MBA en « Part Time », sur une période de 15 mois. Le public de cette formation est majoritairement composé de patrons de PMI et PME. La personne peut continuer à gérer son entreprise tout en étudiant. Nous avons des groupes de 20 à 25 personnes, tous les ans. Les échanges sont très fructueux car un grand mélange des genres, cohabite. Vous pouvez tout aussi bien avoir le patron d'une PME du Cantal dans le secteur de l'agroalimentaire côtoyant un patron Clermontois issu du secteur des services...  s'apercevant que les problématiques sont partagées et dévoilent des invariants d'une part et des spécificités d'autre part. Nous construisons alors une vision collective tout en nous penchant sur les spécificités de chacun.

Cadrexport : L'ESC accueille également des étudiants étrangers ...

Andrés ATENZA : Nous accueillons entre 10 et 15% d'étudiants étrangers soit 150 étudiants environ, ce qui est modeste au regard du nombre d'étudiants qui peuvent être accueillis dans d'autres écoles. Cette année, une trentaine de nationalités sont représentées. Des étudiants chinois et indiens, américains, mexicains, camerounais, sénégalais ... Nous travaillons beaucoup l'accueil de ces étudiants : un service d'accueil a été mis en place qui s'occupe de la réservation du logement ainsi que des démarches administratives. Avec la préfecture notamment, pour l'obtention de la carte de séjour ou encore dans toutes les démarches bancaires. Nous offrons à ces étudiants une remise à niveau en français. Il s'agit de contribuer au rayonnement de la France et la francophonie. Nous souhaitons en faire de vrais ambassadeurs de la France dans leur pays. Le fait d'enseigner à des étudiants étrangers représente une vraie richesse pour notre pays. Une richesse économique d'abord car les frais de scolarité sont chers mais également une richesse culturelle car ces étudiants contribuent à notre rayonnement.

Cadrexport : L'ESC fait partie de la Conférence des Grandes Ecoles : pouvez-vous nous présenter cette association en quelques mots ?

Andrés ATENZA : Cette association de directeurs représente la communauté académique des grandes écoles. Des écoles d'ingénieurs, prestigieuses ou moins prestigieuses, et les 38 écoles de management. Toutes les écoles de management sont représentées, qu'elles soient indépendantes et de type associatif ou institutionnelles. Le rôle de La Conférence des Grandes Ecoles est de représenter les directeurs auprès des pouvoirs publics. Représenter notre identité, notre savoir-faire et nos exigences … C'est également là que s'élaborent les thématiques générales de l'ensemble du système. Ceci a été le cas récemment concernant « l'ascenseur social » dont vous avez probablement entendu parler. La question était de savoir si le système des bourses fonctionne, si  les bourses sont assez nombreuses et correctement distribuées, quels sont les dispositifs d'accompagnement … etc. Le but de cette association est de faire valoir l'intérêt général. La Conférence des Grandes Ecoles peut être aussi un interlocuteur et représenter les écoles vis-à-vis de la presse, par exemple...

Interview réalisée par Diane Pinelli en mai 2010

---------------------------------------------------
Coordonnées

Andrés ATENZA
Directeur Général
Groupe ESC Clermont
www.esc-clermont.fr

Alexandre ASSELINEAU, Directeur de la Formation Continue
Lionel PRADELIER, Directeur du Programme Grande Ecole
Lisa FIACRE : Accueil étudiants étrangers

Conférence des Grandes Ecoles
60, Bd St-Michel
75006 PARIS
www.cge.asso.fr





 | Imprimer | Envoyer cet article Partager |

Edito

La crise sur le gâteau ?
L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) titre une étude diffusée le 23 octobre 2013 : « France : moins d’austérité, plus de croissance ». Nous sommes réjouis par le gâteau qui s’offre à nos yeux... jusqu’au chapitre « Marché du travail » où toute forme d’optimisme disparaît telle une chantilly en plein soleil !
Lire la suite

La rubrique des experts

"Working with the French – feedback from the field", par Benjamin Pelletier
I was recently invited to be a speaker at Paris Développement, economic development agency financed by Paris City Hall, and a large number of (...) Lire la suite
Rémunération, impôts, retraite, protection sociale...
Jaques-Olivier Meyer répond aux préoccupations des futurs expatriés Voir les réponses.
S'orienter, choisir, postuler, passer un entretien...
Christophe Belud répond aux questions des candidats Voir les réponses.
Poser une question via Facebook Viadeo LinkedIn

1751 offres depuis 1 mois